«Il y a un but, mais pas de chemin ; ce que nous nommons chemin est hésitation.»

«Il poursuivit donc son chemin ; mais que ce chemin était long ! (…) il éprouvait un mal horrible à décoller ses pieds qui s’enfonçaient, il se sentit ruisselant de sueur et soudain il dut s’arrêter, il ne pouvait plus avancer. (…) et K. resta seul au milieu de la neige qui l’enveloppait. Ce serait l’occasion, se dit-il, de me livrer à un petit désespoir, si je me trouvais là par l’effet d’un hasard et non de par ma volonté.»

«Si, marchant en terrain plat et voulant sincèrement marcher, tu ne faisais pourtant que des pas en arrière, ton cas serait désespéré ; mais comme tu grimpes le long d’une pente abrupte, aussi abrupte que peut-être tu l’es toi-même vu d’en bas, ta régression peut aussi n’être due qu’à la nature du terrain et tu n’as pas à désespérer.»

Construction issue de Le Château et Aphorismes de F. Kafka.